OUTRE-MER – POLYNÉSIE FRANÇAISE

Monument aux Morts à Papeete

     

Porte-Drapeau

TAHAI Teki

Président d’HONNEUR

BELLI Armand                                                       PK 9,3  côté montagne – Punaaula               Tél. 40424725

PRÉSIDENT 

FIARDO Pascal
Résidence Orchidées – Papeete                    Tél. 87745627

VICE – PRÉSIDENT

LE FUR Jacques et LIZIAK Christophe

TRÉSORIER – SECRÉTAIRE

TURGOT Albert
PK5 côté mont Arue
Tél. 40451618

UN PEU D’HISTOIRE (et honneur à nos anciens)

Je vous parle d’un temps que les jeunes OPEX ne peuvent pas connaître…
L’UNACITA, notre association nationale, a été fondée à Paris en 1955 par le général Jean MARCHAND et sa section en Polynésie française par le capitaine de l’Armée de terre Guy CHABOT le 11 novembre 1990 (*)
J’avais fait la connaissance de ce dernier vers 1995, dans un contexte et des circonstances qui n’avaient rien à voir avec le milieu ancien-combattant. Il avait dû supposer que j’étais ancien militaire, apte à ce titre à comprendre ses histoires, et il a entrepris de me les raconter.
Il était volubile et plein de son sujet, qu’il a eu tout loisir de développer puisque le hasard nous avait fait nous retrouver dans le hall de l’aérogare d’Orly lors d’un voyage retour vers Los Angeles. Et comme chacun sait, présence exigée au moins trois heures avant le départ. Nous étions donc à l’aise pour les développements de nombreux sujets que j’ignorais puisque je ne savais même pas, à ce moment, que j’étais ancien combattant (**).
Il m’a débité d’emblée ses difficultés déjà anciennes rencontrées pour faire intégrer cette nouvelle association dans la structure de l’ONAC de cette période à Papeete, et plus largement au Conseil des anciens combattants. Lors de sa fondation, il arrivait en terrain inconnu et pas forcément accueillant, d’abord parce que la nature ayant horreur du vide, tout le volume existant était déjà occupé, ensuite et surtout à cause de spécificités locales qu’il découvrait et d’usages établis surprenants, qu’il n’était pas convenable de bousculer.
Il n’était pas le bienvenu. On le lui a vite fait comprendre par le biais d’un ostracisme hypocrite (Haut-Commissariat) ou revendiqué (Secrétaire général de l’ONAC en PF) selon l’interlocuteur, et par des manœuvres dilatoires prolongées des deux précédentes autorités à l’encontre des opérations qu’il menait.
Il en a triomphé après plusieurs années d’actions énergiques en faisant reconnaître l’UNACITA à la place qui lui était due au sein du Conseil des anciens combattants, obtenant subventions et disposition d’un local de bureau à l’Office. Il a fait donner connaissance par la presse et sanctionner par la Justice les agissements les plus évidemment délictueux qu’il a constatés et dont il a apporté les preuves. Il avait une grande capacité de travail et une aisance remarquable en matière de relations publiques, assorties d’une connaissance précise et actualisée des droits des anciens combattants, qu’il a mises en pratique pour faire obtenir rapidement ou rectifier des droits à pension que certains adhérents ne connaissaient pas, des décorations.
Son caractère entier et intransigeant lui a valu des inimitiés nombreuses au pays du consensus mou et des « arrangements » locaux. Il a démissionné de sa fonction de président et reste le premier président d’honneur de l’UNACITA-PF. Il est inutile de rouvrir des placards dont plus guère de monde reconnaîtrait le contenu.
J’ai retrouvé récemment sa trace par hasard sur internet, j’ai essayé sans succès de correspondre avec lui.
J’ai appris par le même moyen qu’il avait publié un livre en 2006. J’espère qu’il a conservé son énergie ainsi que la force de ses convictions qui ont permis à l’UNACITA de naître et de durer en Polynésie française. Encore aujourd’hui, on peut lui donner un grand coup de chapeau.

(*) Capitaine Guy CHABOT, né en décembre 1937, enfant de Troupe à Tulle, engagé volontaire au 3ème Bataillon de Zouaves en AFN, sergent à 19 ans, trois citations sur sa Croix de la Valeur Militaire, deux fois blessé par balles, Croix du Combattant Volontaire, Médaille Militaire pour Services exceptionnels (source internet).
(**) L’auteur de cette rubrique, Armand BELLI, colonel (h) de l’Armée de l’air, ancien combattant des OPEX (Tchad opération LIMOUSIN) et d’AFN (Algérie 1962-1964). Chevalier de la Légion d’honneur, Croix du Combattant.